« À travers la rosée et les nuages » – récension de Daniel Malbranque

Pour le plaisir, une magnifique critique littéraire adressée au recueil « À travers la rosée et les nuages », de Nicolae Petrescu-Redi, et rédigée par Daniel Malbranque, poète, écrivain, animateur de la revue « La Vie Multiple« , membre du comité de rédaction d’ « Instinct Nomade » :


Perles de rosée et fleurs de nuage

« La grâce de l’enfance est la disgrâce de l’âge mûr. » regrette amèrement le grand poète italien Umberto Saba, dans ses Raccourcis (1945). Ouvrage qui ressort de l’art de l’aphorisme. Cet art pour lequel Nicolae Petrescu-Redi met en œuvre toute sa grâce reconnue de poète. C’est ainsi que nous devons saluer son dernier recueil intitulé A travers la rosée et les nuages ( éd. Constellations, 2022). L’aphorisme a cette vertu de suspendre la pensée dans une éternité de l’instant. Et lorsque celle-ci s’exerce autour du thème de l’enfance, toute la magie d’un temps, où le rossignol de l’arbre généalogique gazouille, éblouit le moindre mot. Nicolae, les enfants s’interpellent par leur prénom, excelle à lever ainsi l’imagination jusqu’au conte de l’écho.

Par étymologie, l’aphorisme est ce qui définit, ce qui délimite. Le tour de force de Petrescu-Redi est au contraire de nous propulser hors des limites. La littérature n’est pas assez vaste pour contenir l’émoi, la justesse et la beauté d’une seule de ses splendides assertions. A chaque phrase il atteint l’Eden de la poésie. N’est-ce pas ce qu’il semble dire lorsqu’ il affirme que « la plume du perroquet est belle jusqu’à ce que vous la trempiez dans l’encre » ?

Nous revenons à l’enfance omniprésente dans ce court recueil, magnifiquement traduit par Amalia Achard. L’auteur sait ce qu’il doit à cet âge paradisiaque. A travers ses rêves, son imagination, son innocence sa pureté mais aussi son sens de l’essentiel, et son esprit d’aventure, il traverse toute la panoplie des sentiments dans des formules qui percutent et en même temps nous laissent heureux de voir les portes du Possible s’ouvrir. Angélisme, pourrait-on croire ; il est vrai que « l’enfant prête ses ailes pour que nous rejoignons son ciel« . Cependant le poète n’oublie pas que « l’enfance » peut être « sans enfance« , que si « l’étoile de la mère s’est éteinte son ciel demeure« , que « le sang du soldat ne se transforme pas en eau mais en larme d’orphelin« . Il n’est pas alors anodin que le livre soit dédié entre autres aux enfants ukrainiens.

Aux aphorismes, Nicolae Petrescu-Redi ajoutent dans son recueil une quinzaine de poèmes sur le même thème des vertes années aux secrets parfois douloureux. La même grâce que dans les aphorismes nous emporte. Je retiendrai particulièrement celui consacré à Mon Père où il est dit : « enfant / mon père me réveillait / de bonne heure / et je l’aidais / à semer / des horizons« . Tout est là, en quelques mots simples suffisants à nous faire entrevoir l’amour entre un père et son fils.

Devenu adulte, Nicolae nous révèle que sous sa cape de poète il continue à porter un pantacourt. Sous la cape de Nicolae Petrescu-Redi devenu poète continue à battre un cœur d’enfant.

Daniel Malbranque, poète, écrivain, animateur de la revue littéraire

« La Vie Multiple », membre du comité de rédaction d’ « Instinct Nomade ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *